Emile WAGNER, instituteur de Wettolsheim, compositeur...  1889 - 1964

 

collection privé, Robert Rinner

 

 

Extrait d’un journal du vendredi 20 août 1954 :

document ADHR

WETTOLSHEIM. IL Y A 15O ANS

 

 traduction: Cercle de généalogie et d'Histoire de Wettolsheim

 

------ Un complément à l’histoire du village par E.W.  ( Emile Wagner)------

 

C’était il y a 150 ans c’est à dire en 1804. En France la révolution était terminée. Napoléon était devenu empereur par décision du Sénat et le peuple avait sanctionné cette décision par un vote secret à une majorité rarement atteinte. L’ordre était revenu dans le pays. Napoléon avait déjà conclu un concordat avec l’Eglise en 1801 ; C’est ainsi que les prêtres, qui avaient refusé de jurer fidélité à la constitution  et avaient été poursuivis et dû fuir, purent revenir librement et reprendre leurs obligations religieuses dans leur commune. Il en fut de même en ce qui concerne l’honorable chargé d’âmes le curé SILBERMANN, qui n’avait jamais quitté ses ouailles et qui avait été caché par les fidèles habitants, surtout dans la maison BRUCKERT.

Joseph Bernard HEINRICH était le Maire de la commune. Durant les années de la Révolution, le maire était élu par le Conseil Municipal et était appelé "Agent Municipal". C’est ainsi que nous avons trouvé les noms Jacob SCHOEPFER, Frédéric BUTTERLIN, et enfin Bernard Joseph HEINRICH.

Mais à partir du 22 Brumaire 1898 ce dernier fut écarté par Johannes SEPTE, qui avait probablement plus la confiance du gouvernement révolutionnaire et était marié à une Wettolsheimoise. Puis il y eut Joseph HEINRICH avec le titre de "Maire". François Antoine DRACH qui n’était pas originaire de Wettolsheim fut son secrétaire de mairie et instituteur du village et occupa ces postes pendant plus de 30 ans.

A quoi ressemblait alors Wettolsheim ? Le village ne fut jamais entouré de murailles comme les villages environnants dont la position et la richesse en terres étaient identiques. Peut-être à cause de son éparpillement. Depuis le Moyen âge une partie s’appelait "Altdorf " et se situait à la fin du "Wagenwegtälchen", une autre près du cimetière St Fridolin, sur lequel se trouvait une des plus vieilles églises du pays. D’autres habitations se trouvaient sur le  "Bergele" et s’adossaient à la très solide Martinsbourg. La Martinsbourg, quant à elle, se situait en aval du "Schlössle" actuel ; et pour finir, des fermes s’érigeaient au centre de l’actuel village. Petit à petit des ruelles communicantes imbriquées y sont nées. Il ne reste que très peu de maisons d’origine, suite aux nombreux incendies dûs aux guerres et autres combats  auxquels le village était soumis. Certains de ces incendies faisaient certainement suite à des rapines . Et pourtant Wettolsheim n’a jamais été soumise à des familles de seigneurs puissants exception faites des comtes De HORBOURG

En 1804 l’entrée du village se trouvait près de l’ancienne Ecole de garçons dans la  "Colmerergasse" , nommée aussi "Feldkirchweg". L’Ecole de garçons, telle qu’elle existe actuellement ne fut pourtant construite qu’en 1860, sur les ruines d’une habitation qui avait brûlé et qui était connue comme étant la maison SILBERMANN. Elle portait le N° 1. En 1804, cette maison appartenait à une famille noble probablement désargentée : la famille De ROQUE, car en 1808 on signale le décès du Général de Division Nicolas De ROQUE qui n’était que le beau-frère du propriétaire nommé Maurice Jean-Baptiste Balthasar De BERGERET, colonel d’Infanterie, Seigneur de Morschwiller et Richwiller, dont l’épouse Marie Anne Marguerite Hélène était née De ROQUE, ce qui explique la présence au village du sus-nommé général. Hélène De BERGERET est décédée en 1818 dans cette maison.

L’acte de décès fut inscrit à l’actuelle Mairie par Antoine Joseph SILBERMANN qui était marié avec la fille du couple précité, Sidonie Marie née DE BERGERET. Le capitaine SILBERMANN était originaire de Soultz et sûrement parent du curé du même nom. C’est donc par un mariage que les Silbermann sont devenus propriétaires de ce bien.

A l’époque la  "Colmerergass" était courte, quelques pas plus loin les maisons s’appelaient déjà  "beim Brückle" puis  "Brückle" et enfin "überm Brückle". Il y avait aussi déjà des habitations dans le "Ortmattweg".

A droite on arrivait dans le "Bitzen" qu’on appelait aussi "Wintzenheimergässle"  et "Wassergässle". De nos jours il ne reste que la petite ruelle à droite d "Bitzen " qui s’appelle  Rue de l’eau = "Wassergässle".  

Le "Wassergässle" doit à coup sûr son nom aux problèmes causés par les  fréquentes inondations, dues aux canalisations insuffisantes. Des trouvailles dans la maison de Théophile MANN font supposer  que de très anciennes constructions s’érigeaient à cet endroit. Le nom de "ertrudgasse" n'apparut qu'en 1886, en même temps que la "Remigiusgasse" et la "Herzogstrasse". Le nom de  "Herzogstrasse"  remplaça la "Colmarergasse"  ou " Feldkirchweg" et en plus la "Berggasse" aussi nommée "Langgasse" qui la prolongeait. La "Berggasse " s’appelait à l’origine probablement "Bärengasse".

Alors pourquoi ces changements de nom ?

L’industriel de Logelbach Antoine HERZOG fit élargir à l’époque le chemin de vignes et de forêt qui menait à la ruine du château du Hagueneck pour le rendre carrossable et permettre à un attelage de l’emprunter. Cette "Waldstrasse" fut même prolongée jusqu’au "Lach" ?

Le village venait de subir de mauvaises années pour la récolte du vin et l’industrie était également en crise.

Ce grand industriel aux idées socialistes créa ainsi plus d’un emploi pour les villageois. Et c’est en son honneur

qu’on baptisa donc la route venant  du cimetière et traversant tout le village du nom de "Herzogstrasse" . Et comme on était en train de baptiser les rues, le "Bitzen" devint "Gertrudgasse" et la très ancienne "Wolfsgasse" prolongée par la "Holdergasse" devint la "Remigiusgasse", ces deux dernières ainsi nommées en l’honneur de l’ancien saint patron et de l’actuel saint patron subsidiaire.

L’actuel  "Schlossgasse " s’appelait en 1804 fièrement " Besetzgasse " (rue pavée) et il n’y avait que le dernier tronçon près du " Schlossgarten  qui se nommait  Schlössleweg . Les pavés à cet endroit devaient secouer pas mal !

Une ruelle qui bifurque à gauche de la "Besetzgasse" se nomme encore aujourd’hui "rue du Temple". On suppose qu’à l’origine la synagogue se trouvait là. Mais en 1804, elle ne se trouvait plus à cet endroit mais à l’emplacement de l’actuelle boulangerie moderne de Martin Grimmer. De nombreux juifs habitaient à l’époque à Wettolsheim. Ils possédaient non seulement une synagogue mais aussi une école. Il y a 150 ans l’instituteur juif Marc POBERLE, quadragénaire, y exerçait son métier. Isaac HIRTZ était chantre à la synagogue.

Les familles juives qui vivaient là se nommaient : WEYL, SCHWOB, BLOCH, BICKARTt, de nombreux HIRTZ et LEVY, Moses MOÎSE, Bernard MÄNNELé, Nathan LEHMANN, Nathan BERNARD, Yschen ELIAS et d’autres encore. Ils exerçaient les métiers de boucher, maquignon , ferrailleurs, marchands de biens et forains.

Près de la Mairie, à droite de la "Besetzgasse" se trouve une propriété ( peut-être même plusieurs) qu'on nomme " Meyerhoff " **, ou qui faisait partie du quartier du  "Meyerhoff ". Peut-être certaines traditions villageoises, pourraient-elles éclairer cette dénomination mystérieuse, ainsi que d'autres comme"Ackerhoff", "im Kanton Aepfelacker", "Auf der Pfleck".

Près de notre Grotte de Lourdes il y avait probablement aussi une ruelle du nom de "Capelgässlein". Cela ne peut avoir qu'une seule signification pour nous. Peut-être trouvait on là le "Meyerhoff" des "CAPPELER", riche famille noble alsacienne qui possédait des biens au village. Le nom de "Bergelé" pour les environs très habités du château est très ancien et fut déjà utilisé en 1804. Par contre, la désignation de "Afrikanerzirkel" apparut en 1885, quand une famille locale qui avait quitté le pays en 1871pour d'Afrique du Nord revint et s'installa dans ce quartier. On parle encore aujourd'hui du "Schlüsselgässle" et des "Schlüsselgärten". On désigne ainsi la rue située entre le "Bergelé" et "Neuweg" d'une part et la "Remigiusgasse" d'autre part. La "Dischelwäschle"se trouvait au haut de la "Berggasse" ( l'actuelle rue Herzog). C'était un petit étang dans lequel les tuyaux en bois étaient mis à tremper, ces derniers servant de conduite pour amener l'eau du "Brunnweg" jusqu'au "Stockbrunnen". Bizarrement , il n'y avait à l'époque qu'une seule fontaine d'eau courante, celle de la place du village. A l'emplacement de la fontaine du haut, qui existe depuis des années et est alimentée par la même conduite, il y avait en 1804 un puits à seau qui fut plus tard transformé en puits à pompe et dont la margelle fut ensuite vendue. Enfin, on réalisa qu'on pouvait installer là aussi, une fontaine. Nous ignorons pourquoi il a fallu tout ce temps. Peut-être craignait-on que l'eau ne suffise pas pour deux fontaines, ou voulut-on réduire les frais importants de l'installation d' une 2° fontaine, puisqu'il en existait déjà une ? La période n'était pas rose  pour les finances municipales de l'époque.La fontaine à eau courante était d'une importance capitale pour les habitants du centre du village, surtout en cas d'incendie….. et des incendies il y en eut beaucoup dans ces années là. Le plus petit départ de feu se nourrissait des boiseries et charpentes desséchées qui flambaient comme de l'étoupe. C'est pour cette raison que peu de maisons du village portent encore leur sceau d'origine, sauf, par exemple, les maisons en face de la grotte de Lourdes telle celle de la menuiserie d' Albert EHRHART.La maison paternelle de Monseigneur  SCHOEPFER, le bâtisseur de la grotte de Lourdes, fut aussi ravagée par le feu. A son emplacement se trouve actuellement la Grotte de Lourdes.

Le nom de "Neuweg" n'apparut qu'en 1871. On se souvient aussi d'une "Waibelgässlein" mais elle ne se trouvait pas près du Corps de garde, mais bifurquait à droite de la "Langgass" ou "Bergstrasse". Etait-ce une impasse près du "Steingrubweg" ou la "Klinggasse" ? Nous ne pouvons l'assurer avec certitude. Le nom de "Klinggasse  semble  plus récent. On peut dire avec certitude que son nom vient de la famille KLING qui y possédait une maison. Le nom  KLING était assez répandu dans le village. Il y avait une maison de ce nom dans la "Gertrudgasse". Les anciens du village prétendent que la famille de l'homme qui porte le drapeau sur l'immense tableau situé derrière l'autel de l'église s'appelait KLING et habitait rue Ste Gertrude à cette époque. C'est ce qu'ils avaient entendu dire du temps de leur jeunesse.

 

 

                                                                                                                         Emile Wagner

 

**  Le Groupe de Généalogie et d'Histoire des Familles de Wettolsheim a découvert dans des documents très anciens que le "Meyerhoff" était la métairie de la Congrégation des Templiers, sise au village et qu'un des métayers se nommait KNITEL…. 

Photo Jean-Rémy Strubel

Tableau du bâptème de Clovis à l'église de Wettolsheim.

 

Bail Meyerhoff

 

photo Jean-Rémy Strubel ADHR 31H44

 

ADHR 31H44 

 

transcription: Cercle de généalogie et d'Histoire de Wettolsheim

 

17 MAI 1736

 

1              Wûr Heinrich Ferdinand

2              Freyherr Von Stein zu Rechten Stein

3              Sant Johann Orders Rütter Commandier

4              Der Hâuser Sultz, Colmar und Muhlausen,

5              Urkunden und bekennen

6              Hiermit wie das wür zu unseren und

7              Unserer Orders Commanderey Colmar

8              Besten Nutzen fromm und Gelegenheiten

9              Willen hiermit verlehnt und Lehnbreiss

10          Überlassen haben; dem Ehrsammen

11          Und bescheidenen Mathias Kuster

12          Burger und Einwohner zu Wettolsheimb

13          Benandlischen unseres in dem Fleckhen

14          Wettolsheimb gelegenen Grossen Meyerhoff

15          Zu unserer Comanderey Colmar Gehörig

16          Bestehent in Haus, Hoff, Scheuer und Stallung

17          Sambt allen daran gelegenen Kraud

18          Hanff und Krasgärten, neben dess dazu

19          Gehörigen Acker, Matten und Reeben

20          Alles nach einem Jahre dem Lehnbeständer

21          Dessent halben zugestelten Bräu, also (.....?.......)

22          Undergestälten; dass nun hinfür gemelten

23          Lehnsbeständer, von dato an prima May

24          Anno 1736. Die darauf folgenten Neün

25          Jahre also bis und mitdem von Gott

26          Erbardenten 1745. ste Jahr auff gleiche

27          Zeit auch prima May gemeltes Jahre

28          Je wo das Lehnungsjahr End nemmen soll

29          Dieses Haus und Güter wie gemelt

30          Inwehrend seiner Neünjährigen Lehnung

31          Solle und Möge in Rechter Lehnungsbrief

32          Inhaben „Nützen und genüssen bey

33          Ihren fürsen (.............?..........)“ und Marckungen erhalten

34          Die Matten saüderen, und in gueten

35          Stand, gleich wie die Reeben in seinem

36          Kosten, bey Stöck und Steckchen erhalten

37          Nichts davon verkaufen, versetzen

38          Noch in Stücklen verändern, sonder alle

39           Wohl unter seinem Plug in guttem

40           Wesentlichen Bau Halten, un so wider

41          Und hoffen, einige von dem Lehn und in

42          dem Jahr gegebenen Bräin begriffene

43          Güether nicht alle beyständen nach Jahr

44          Eingehändigt sein sollten, soll er Lehns-

45          Beständer, ohne einigen von uns dessent

46          Halben schultigen Nachlass auff seine

47          Kösten brachten solche durch Einnemung

48          Der Augenschein, wider zu seinem

49          Lehn zu bringen, dazu ihm unser

50          Schffner zu Colmar tütull ( Titel)

51          Und Schrüpffen (?) solle an die Hand gehen

52          Hingegen und vorin solche Nichbarkeit (?)

53          Solle er beständer Jahrlichen und ein

54          Jedes Jahr wehrent seiner Lehnung

55          Verobligiert sein, Jährlichen vor einen

56          Billichen Zünns abzurichten und

57          Zu bezahlen benämdlich eine Summe

58          Von vierhnudert luiver/sagen 400 L.tournois/

59          Und dieses ohne einigen Nchlass, auff was

60          Vor Verfahren es auch immer sein möchte,

61          Auser es Wäre, so der vollmächtige

62          Mechte abwenden, das Land durch

63          Kriegsherr verderbet, in welchem Fall

64          Uns zu Moderieren und der Nachlass

65          Uns frey stehen soll, und damit wir

66          Und unsere Nachkommente, des

67          Zünses desse Habhaffter und Versicher-

68          Te sein möchten, so solle er Lehnsbeständer

69          Verobligiert sein, gleich

70          Bey Antrettung der Lehnung und

71          Einziehung auff unseren gemelten

72          Meyerhoff, den Züns vor das Ersteconti

73          Jahr vorzuzahlen und zu erlegen

74          Und also jährlichen und ein jedes

75          Jahr auff den ersten May, mit

76          Vorzahlung des Züns von einem

77          Jahr bis zu End seiner Lehnung

78          Zu continuieren, Beyerben solle

79          Er Lehnsbeständer noch gehalten sein

80          Inwehrend seiner Lehnung, die

81          Gebaü in guettem Stand in Pack ( ?)

82          Und sach zu erhalten* und jährlich

83          Auf das wenigste von den Ackern

84          Vier Juchert und von den Reeben

85          Sechs Schatz zu bescheren und alles

86          In guetten Stand, in wehrend seiner Lehnung;

87          Nach Lehnungsbrauch halten

88          Und nach volenter dieser, solch in guetem

89          Stand abtretten, auch der Bodenzins

90          So auff denen gûth von sich befunden

91          Möchten, jährlichen ohne alle untgrat

92          Der Comanderey abstatten.

93          Widringen Falles und bey Ermanglung

94          Einiger hier oben gemelten Condition,

95          So sollen wür oben „unsere Nachkommente

96          Oder unsere Schaffner zu

97          Colmar, erlangtes (recht und gebaet?)

98          Haben, solch unser Lehn, gleich ohne

99          Uns oder an die Comanderey zu ziehen

100      Und soll dies alles als nicht angesehen

101      Sein, als wäre einigermassen keine

102      Lehnung gewesen, und gleich solche

103      Wider anderwerts zu verlehnen

104      (?) wür uns hiermit vorbehalten

105      welches alles auf solche Weise und

106      Condition er Lehnsbeständer also an-

107      Genommen und allem nach zuhaben

108      Versprochen; zu Urkund, und

109      Versicherung dessen, auch hier Er

110      Sowohl als seine Frau Ursula

111      Bitterlin, von dem Mann hierzu authori-

112      Siert, Ihr Hlabe und Gueth ligent und

113      Fafrent, nichte aufgenommen

114      Sowohl von einem und dem anderen

115      Jar riesentes Eingesettz, und verpfändet

116      Dessenhalben hat Er Lensbeständer und

117      Sein Frau sich hier, mit uns underr-

118      Schrieben, darauf wir unser

119      Freyherrliches Bitschaft aufgebrucket.

 

Traduction: Cercle de Généalogie et d'Histoire de Wettolsheim.

 

Nous Heinrich Ferdinand Baron Von Stein Zu Rechten

Commandeur des Chevaliers de l’Ordre de Saint Jean

Des maisons de Soultz, Colmar et Mulhouse

Attestons et certifions par la présente que nous

Commanderie de Colmar

Louons pour le meilleur usage et occasion

Pour le fermage ; l’honnête

Et modeste Mathias Kuster

Bourgeois et habitant à Wettolsheimb

Appartenant au dit grand Mayerhof

situé dans le village de Wettolsheimb

Appartenant à notre commanderie de Colmar

Comprenant maison, cour, grange écurie et les biens

Dépendants

Chanvre, pré et vignes tout et après 1 an de jouissance

La moitié du vin de table….

Cette jouissance démarre le 1er mai

1736. Pour les 9

années suivantes c’est à dire

jusqu’en 1745, au premier Mai aura lieu la

fin du bail  (ligne 28)

 

Textes écrits par E. W.

 

  • An d'r Douane, oder Die han mir ummabrocht ("À la douane"), Luschtspiel in 2 Akta vo Emile Wagner...

    Description matérielle : In-16, 32 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1953)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Bestrofter Eigasinn ("Punition de la jeune fille entêtée"), e luschtig Spiel fer kleineri Mädel zwischa 8 un 14 Johr von Emile Wagner...

    Description matérielle : In-16, 8 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1949)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • D'Conscrits vo Gockelhüse, Lustspiel in einem Akt von E. Wagner-Wettolsheim...

    Description matérielle : In-16, 12 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1939)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • D'Froia wann oi kegla !, oder Schwar inna keit ! ("Nous les corrigerons, nos maris-quilleurs" !), Luschtspiel in 1 Akt mit Gsang vo Emile Wagner...

    Description matérielle : In-16, 19 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1951)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • D'Jungfer Dorothée, oder As mües a Mann in's Hüs ("La Cruelle déception de Dorothée"), Luschtspiel in 2 Akta vo Emile Wagner...

    Description matérielle : In-16, 32 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1953)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Dr nei Kiefergsell (Le Nouveau compagnon-tonnelier)

    volksstick in 3 Akta

    Description matérielle : 36 p.
    Édition : Gundershoffen (Bas-Rhin) : Edition de théatre et de musique : L. Jaggi-Reiss , cop. 1947
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Dr Schang im Hôtel, Schwank in 1 Akt von Emile Wagner...

    Description matérielle : In-16, 8 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1939)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • D'r schenscht Berüef ("La Plus belle profession"), a Saynète mit Gsang fer 6 Maidel vo Emile Wagner

    Description matérielle : In-16, 11 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1951)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • D'r Sepp mües d'Lit unterhalta ("Sepp doit amuser les auditeurs !"), komischer Vortraa fer 1 Herr vo Emile Wagner

    Description matérielle : In-16, 7 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1951)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • E natti Band, Gesamtspiel in 1 Akt für 7 kleinere und grössere Knaben...

    Description matérielle : In-16, 8 p.
    Description : Note : Le titre de départ porte "A natti Band, Gesamtspiel... von E. Wagner und G. Jaggi"
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1939)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • E Wihnachtswunder, oder Opfer wu zum Himmel dringa (La Prière exaucée)

    a Wihnachtsspiel in 2 kurze Akt

    Description matérielle : 8 p.
    Édition : Gundershoffen (Bas-Rhin) : Edition de théâtre et de musique : L. Jaggi-Reiss , DL 1947
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Gheilt, Lustspiel in 1 Akt für Vereine und Schulen von Emile Wagner,... und Georges Jaggi,...

    Description matérielle : In-16, 11 p.
    Description : Note : Seul le nom d'Emile Wagner figure sur la couverture
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1939)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Heiss Blüet, els. Volkssteck en 5 Akta vo Emile Wagner-Wettolsheim...

    Description matérielle : In-8° , 47 p.
    Édition : Rouffach : Theater- un Müsikverlag , 1923
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Herr Lehrer, mir macha Grève ! lustig's Kinderspiel in einem Akt vun Emile Wagner

    Description matérielle : In-16, 8 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1946)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Der letzte Ritter von Hattstatt, historische Erzählung von E. Wagner. Mit einem Anhang von Aug. Scherlen

    Description matérielle : In-16, 125 p., fig., armoiries
    Description : Note : Elsassland-Bücherei, Bd. 5
    Édition : Gebweiler : "Alsatia"-Verlag , 1928
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Mir bliewa treu im Winzerstand oder dr Mitgiftjager ("Nous restons fidèles au vignoble"), Luschtspiel in 3 Akt mit Gsang vo Emile Wagner...

    Description matérielle : In-16, 36 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1949)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • So geht's wenn mr liegt (Les Menteuses punies)

    saynète

    Description matérielle : 8 p.
    Description : Note : 1948 d'après le cachet du Dépôt légal
    Édition : Gundershoffen (Bas-Rhin) : Edition de théatre et de musique : L. Jaggi-Reiss , DL 1948
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Zwarkönig Goldharz, Märchenspiel in 2 Akten von Emile Wagner

    Description matérielle : In-16, 24 p.
    Édition : Gundershoffen, B.-Rh. : L. Jaggi-Reiss , (1939)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]
  • Zwei Anarchiste, Lustspiel in einem Akt von E. Wagner-Wettolsheim...

    Description matérielle : In-16, 11 p.
    Édition : Gundershoffen, Bas-Rhin : L. Jaggi-Reiss , (1939)
    Auteur du texte : Émile Wagner (de Wettolsheim, 18..-19..)

    [catalogue]

https://data.bnf.fr/fr/documents-by-rdt/10665364/70/page1

 

L'atelier de data.bnf.fr vous propose un espace expérimental, pour découvrir ses données. Frises chronologiques, cartes, galeries d'images vous conduisent vers les ressources de la BnF.

 

 

Emile Wagner prends sa retraite à 60 ans, tableau de Emile Roecklin

Collection privé de Michel Forny

 

Emile Wagner prends sa retraite à 60 ans, tableau de Emile Roecklin

Collection privé de Michel Forny